Home » Mini nouvelles » Emotion » L’homme sur le banc

L’homme sur le banc

banc

Photo de Romaric Cazaux

Tous les matins, après avoir déposé ma fille à l’école,  je me rendais au parc Saint Sauveur afin de faire mon jogging. J’adorais ce moment, seul instant où je me retrouvais seule avec moi-même loin du stress de la vie quotidienne et des soucis financiers. J’étais seule avec ma fille depuis que son père nous avait quittées, nous laissant sans ressources. Nous devions nous contenter des aides sociales, et cela ne représentait pas beaucoup.

Chaque matin, il était assis, toujours sur le même banc, prostré en avant, les coudes posés sur ses genoux écartés. Malgré la tristesse visible sur son visage, il se dégageait de cet homme une aura et un charme indescriptible qui me fascinaient.

Ce jour-là, je décidai de m’approcher de lui. Je m’assis à ses côtés, esquissai un léger sourire et le regardai intensément.

« Bonjour, lui dis-je doucement.

– Bonjour, répondit-il.

– Je viens chaque matin faire mon jogging et vous trouve toujours assis sur ce même banc, dans la même position.

– C’est vrai, me dit-il. C’est ici que j’ai connu ma femme, voilà 30 ans. Elle est morte, l’année dernière et ma présence, ici, est une façon de lui rendre hommage à ma manière. »

Je fus touchée malgré moi par son histoire.

« Je suis désolée. Si je vous dérange, dites le moi, et je m’en irai.

– Vous ne me dérangez pas du tout, me dit-il. Votre présence me fait du bien. En fait, vous lui ressemblez beaucoup. »

Il sortit de son portefeuille une photo partiellement jaunie. On le voyait, bien plus jeune, souriant, dans un costume bleu marine. À ses côtés, posait une très belle femme souriante, elle-aussi,  vêtue d’une robe de mariée. Je remarquai, qu’effectivement, elle me ressemblait.

« Votre femme était très belle, dis-je pour paraître aimable.

– Et vous l’êtes tout autant. Vous savez, tous les matins je vous regarde courir. Elle aimait courir, elle aussi. Elle venait chaque jour dans ce parc pendant plus d’une heure. Accepteriez-vous de venir diner avec moi demain soir ? »

J’hésitais longuement. Cet homme ne voyait en moi que le sosie de sa défunte épouse. Était-il raisonnable d’accepter son invitation. De plus, il existait une grande différence d’âge entre nous. Comme s’il lisait dans mes pensées, il me rassura.

« Je sais que vous n’êtes pas elle, même si vous lui ressemblez fortement. Vous m’êtes sympathique, et j’ai envie d’apprendre à vous connaître.

– Dans cas, j’accepte votre invitation. »

Après tout, cela ne m’engageait qu’à une chose : dîner à ses côtés.

Voilà un an que notre rencontre a eu lieu. Notre amour a atteint son apogée et Bernard m’a proposé de venir habiter avec lui, dans sa grande maison. Chaque matin, nous nous rendons dans le parc, pour courir ensemble. Ainsi, il continue de rendre hommage à son épouse, même s’il a retrouvé le bonheur à mes côtés.

Merci à Léiloona pour les ateliers qu’elle propose chaque semaine.

Advertisements

8 thoughts on “L’homme sur le banc

    • C’est vrai,ça change… Je me rends compte que ma plume évolue…
      Il y a un ou deux ans de cela, je n’écrivais que du tout rose ou du tout bleu. Maintenant, j’écris de temps à autres des histoires noires et sombres … (cf “Quelle frayeur” ou “Les survivants de la Méduse”, par exemple). Comme cette photo n’appelaient pas à la gaieté, j’ai eu envie de lui en donner un peu.
      Merci de ton passage Yosha, bonne fin de week-end.

      Like

  1. Je suis très fleur bleue et j’ai adoré ce texte. C’est bien d’avoir pris le contre pied sur cette photo qui appelait plutôt à la mélancolie ou à la tristesse.

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s