Home » Mini nouvelles » Humour » A bord de la Deloréan

A bord de la Deloréan

Je vous partage une petite histoire écrite, voilà quelques semaines dans le cadre du jeu d’écriture “Le détroné” du forum “Ecrire un roman.

Le sujet :

Vous volez la Deloréan (ndlr Retour vers le futur) et voyagez dans le temps. Racontez-nous ce voyage, ses péripéties, si tout se passe bien, si vous pouvez en revenir.

Les consignes :

1) Vous assistez à deux évènements majeurs (au moins) de l’histoire de notre humanité connus de tous.

2) Vous êtes accompagné d’un animal déjanté durant vos pérégrinations temporelles.

3) Il faut une hyperbole.

La règle :

450 à 500 mots.

Quand je la vis, je n’en crus pas mes yeux. Elle était là, devant moi. Même dans mes rêves les plus fous, je ne l’aurais jamais imaginé. Elle était belle et flambant neuve. Sa carrosserie brillait au soleil.

« Yeah, la Deloréan, me dit Snoopy mon labrador. On y va ! J’ai envie de sentir son moteur ronronner. »

Je m’approchai lentement, la touchai, ouvrit les portières et m’installai au volant.

« Allez fais péter le moteur, me dit Snoopy, en sautant sur le siège passager et jappant à côté de moi. Tu m’as fait avaler du « Retour vers le futur », nombre de fois, alors maintenant, je veux voyager dans le futur avec toi.

– Pourquoi pas, répondis-je. Une occasion comme celle-ci ne se présentera pas deux fois.»

Je démarrai le moteur, et réglai l’horloge sur le 25 Septembre 3020. Un drôle de bruit se produisit, l’horloge se mit à tourner dans le vide et à toute vitesse. Nous fûmes entraînés dans un tourbillon qui nous éleva dans les airs. Enfin, le calme revint. Quand nous ouvrîmes les portes, nous nous trouvâmes au beau milieu d’un champ de bataille. Je reconnus l’oppidum d’Alésia. Au loin, je vis Vercingétorix jeter ses armes aux pieds de Jules César.

« Waou, ça sent pas bon, me dit Snoopy, imitant la mort du chef Gaulois ! Mieux vaut décamper. »

J’étais bien d’accord avec lui et redémarrai aussitôt le moteur.

«  Rentrons à la maison, dis-je, en réglant l’horloge sur le 21 ème siècle. »

Mais la Deloréan en décida autrement, et nous arrivâmes au beau milieu des manifestations de Mai 68. J’allai refermer la portière, quand j’aperçus ce regard couleur d’eau qui me transperçait. Je sus à cet instant que plus rien ne pourrait détourner mes yeux de cet océan bleu. Il me regarda intensément, et me sourit. Je me dirigeai vers lui, me jetai dans ses bras, et l’embrassai fougueusement.

« Oh purée ! La voilà dans les bras d’un bellâtre, s’exclama mon compagnon de voyage. Tu vas te faire trucider. On est en mai 1968, faut pas traîner dans le coin. »

Thomas regarda mon chien, interloqué.

«  Un chien qui parle ! J’aurais tout vu ! »

– Je reste ici, Snoopy et je veux que tu restes avec moi, dis,je.

– T’es folle, répondit l’animal. Y’a au moins 3 milliards d’étudiants mécontents.

– Non, nous ne sommes que huit cent mille sur Paris, corrigea Thomas.

– Je m’en fous. Je reste. Je viens de rencontrer l’homme de ma vie. Et puis, qui sait où la Deloréan nous emmènera cette fois. Mon destin est ici, avec Thomas. »

Les yeux de mon chien firent des roulements à billes.

« Ok me dit-il. Mais on décampe d’ici. Venez les amoureux. On se casse !

Il a raison, partons d’ici, dit Thomas en me prenant par la main avec un large sourire. »

Rien que pour ce sourire, je l’aurais suivi au bout du monde et nous partîmes.

Advertisements

3 thoughts on “A bord de la Deloréan

  1. Pingback: A bord de la Deloréan | Ecrire and co

    • C’est sur un forum dédié à l’écriture et c’est toutes les semaines… Y’a tout un tas de règles. Je n’ai énoncé que celles qui touchent à l’écriture à proprement dite. Je suis contente que tu aies apprécié l’histoire.

      Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s