Home » A découvrir » Les chroniqueurs du 14 Février 2015

Les chroniqueurs du 14 Février 2015

Une  petite évolution pour cette catégorie.

Au lieu de vous faire un petit texte pour chaque livre et chaque chronique, je préfère vous faire découvrir directement les chroniques trouvées en farfouillant sur la blogosphère.

Aujourd’hui, trois chroniques sont à l’honneur.

Tout d’abord, deux articles de circonstances, en lien avec la fête des amoureux.

Zoé d’Alain Caldéo par “L’ivre de lire”

Henry est un vieux loup solitaire. Il vit dans un fort isolé à dix kilomètres du premier village. Il passe ses journées à écrire et à sculpter des rochers, il en fait ses gardiens. Tous les deux jours il se rend au village pour acheter son pain. Depuis quelques temps une nouvelle vendeuse égaie le magasin. zoé, jeune fille avenante de dix-huit ans, aimable avec tout le monde, elle a toujours le sourire. Henry se prend d’affection pour elle.

Lire la suite chez L’ivre de lire …

Avis de tempête d’Angela Morelli par “Mes petites récrés”

Quoi de mieux qu’une chouette romance pour célébrer ce jour?
Et si en plus, on partage cette lecture commune avec les copines blogueuses, alors là, c’est le pied.
Voici donc la première nouvelle d’une série de sept récits, tous publiés chez HQN et disponibles en format numérique.
 
L’histoire : Candice débarque au Québec pour aller voir sa cousine. Problème n°1 : l’aéroport va fermer et sa cousine est introuvable. Problème n°2 : Candice est vêtue d’une jupe courte et d’un blouson pas vraiment en adéquation avec les températures extérieures. Problème n°3 : il y a bien un homme qui lui vient en aide mais elle ne comprend strictement rien à ce qu’il dit. Autant dire que le séjour de Candice au pays de l’hiver commence bien…
Lire la suite chez “Mes petites récrés” …
Et dans un autre domaine :

Planète des ombres de Christophe Lartas par “Team Littéraire”

« Des Titans sont descendus des étoiles. À coups de poing et de pied ils fracassent nos gratte-ciel, nos édifices publics et nos monuments historiques ; nos réseaux ferroviaires et routiers, nos ports maritimes et nos aéroports, nos cosmodromes… »

Ainsi débute ce long voyage dans les ténèbres les plus profondes, faisant table rase des temps présents pour nous emmener au seuil de l’éradication de l’Homme. Dans ce roman inclassable, Christophe Lartas nous fait vivre, avec une force d’évocation rare, ce que pourrait être la fin de notre monde. Spectateurs impuissants, devenus les pensées et les yeux d’un narrateur anonyme, nous assistons à l’œuvre démentielle et grandiose de monstres inouïs, arrachés à la noirceur du cosmos ou des abysses, si proches de nous pourtant.
De cette odyssée à travers la mort nous sont dressés d’insoutenables tableaux, de fantasmagories déliquescentes à l’onirisme cru en fresques cauchemardesques dignes d’un Jérôme Bosch faits du tissu de nos peurs les plus intimes, de nos rages les mieux enfouies. Dans cette comédie non pas divine mais définitivement trop humaine, les cercles d’un enfer de sang et de feu sont innombrables et les abîmes blancs du purgatoire et du paradis hypothétiques.

Lire la suite chez “Team Littéraire” …

Ces chroniqueurs sont informés de ces partages, et je les supprimerai à leur demande s’ils y voient le moindre inconvénient.

Advertisements

2 thoughts on “Les chroniqueurs du 14 Février 2015

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s